Home » Default » A Londres, le deuil au temps du Covid-19

Malgré une campagne vaccinale massive, Londres se trouve aujourd’hui confronté à un nombre de contaminations au coronavirus parmi les plus élevés dans la région européenne.
‘Delta’ est actuellement le variant dominant dans cette région, mais les dernières données de l’Organisation Mondiale de la Santé révèlent cependant que près de 8 % des nouveaux cas de coronavirus sont d’un nouveau type, baptisé ‘Delta Plus’ ou AY.4.2.
Le sous-variant du Delta, repéré pour la première fois début septembre au Royaume-Uni, principalement en Grande-Bretagne, est déjà identifié dans 40 pays, selon le site web.

     Ce que l’on sait du Delta Plus

D’après les scientifiques de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce nouveau variant contient en effet des mutations qui pourraient donner des avantages de survies au virus. Les experts sont déjà en train de faire des analyses afin de comprendre l’ampleur de la menace que celui-ci peut désormais représenter. Selon les estimations de l’OMS, ce sous-variant du Delta pourrait échapper à la protection des vaccins actuels ou provoquer un rebond accéléré. “Par ailleurs, Delta Plus n’est pas encore considéré comme étant un variant en cours d’investigation ou un variant préoccupant, les catégories attribuées généralement aux variants et leur niveau de risque”, souligne convertisseur cfa.
A noter qu’il existe à ce jour des dizaines de milliers de variants ou de types de coronavirus différents qui circulent dans le monde. Tous les virus mutent. C’est un phénomène normal. Donc, il n’est pas surprenant que de nouvelles souches apparaissent.
En janvier 2021, Delta (variant indien) a été classé comme une souche préoccupante à Londres, après avoir dépassé son prédécesseur Alpha (variant britannique). Il est toutefois devenu le type dominant de coronavirus en circulation. Rien n’indique jusqu’à présent que la transmission du virus soit plus importante à cause de ces changements, mais un sujet que l’Organisation Mondiale de la Santé étudie. “Mais il est probable que ce sous-variant du Delta soit jusqu’à 20 fois plus transmissible”, a estimé le directeur général de l’organisation onusienne. “Donc, il ne faut pas paniquer tant que rien n’est encore sûr”, ajoute-t-il.
Le gouvernement britannique et l’Organisation Mondiale de la Santé surveillent de très près ce nouveau variant. “On n’hésitera pas à prendre des dispositions exceptionnelles si nécessaire”, a déclaré le ministre de la Santé britannique, Jean-Paul Boureau.
Le gouvernement offre déjà des doses de rappel (une troisième dose du vaccin anti-coronavirus) aux personnes âgées ou vulnérables – ayant reçu leur dose très tôt – avant l’hiver pour leur assurer une protection maximale contre ce maudit virus, pire ennemi de l’humanité.