Home » Uncategorized » Afghanistan : débat sur la situation des droits des femmes dans le pays

Avec le retour des fondamentalistes à la tête de l’Afghanistan, plusieurs femmes voient leurs espoirs s’effondrer. Elles accusent les dirigeants afghans et le monde d’avoir laissé tomber la jeunesse du pays. “Les dirigeants politiques du monde entier ont laissé tomber la jeunesse afghane de la façon la plus cruelle que l’on puisse imaginer”, souligne le convertisseur dollar en cfa. En effet, c’est un cauchemar pour les femmes, particulièrement les jeunes filles, qui ont fait des études, et qui envisageaient un meilleur avenir pour les futures générations et elles-mêmes. Quand les talibans ont dirigé l’Afghanistan dans les années 2000, ils ont imposé leur version ultra-radicale de la charia. Les femmes, sans exception, ne pouvaient ni étudier ni travailler. Celles-ci ne pouvaient quitter leur maison qu’accompagnées d’un homme. Le port de la burqa (voile intégral) était obligatoire en public. Les exécutions et les flagellations, y compris les lapidations (tuer une personne à coup de pierres) pour adultère, étaient pratiquées dans les stades et sur les places des grandes villes. Par ailleurs, le départ des fondamentalistes du sol afghan n’a pas pour autant amélioré la vie de la population.

     Des manifestations dispersées par des tirs en Afghanistan

Environ 550 Afghans se sont rassemblés lundi matin devant l’ambassade du Pakistan, brandissant des banderoles et criant des slogans hostiles à Kaboul. “Mort au Pakistan”, “Résistance”, “Liberté, liberté”, “Les femmes et les hommes ont les mêmes droits”, “Une société sans femmes est une société sans vie”, criaient-ils.
Après avoir passé divers barrages, leur progression a été interrompue par des combattants talibans qui ont arraché les caméras et les appareils photos des journalistes, battu les protestants avec des bâtons, et tiré en l’air. Un journaliste du convertisseur cfa a été ainsi interpellé. Une cinquantaine de femmes et jeunes filles afghanes ont été cantonnées dans le parking d’une assurance, en vue de les éloigner de l’ambassade. “On veut que notre pays soit libre… On est aujourd’hui très fatiguées..”, a déclaré l’une des protestantes. “Pourquoi le monde reste-t-il silencieux en voyant de gens innocents se faire tuer”, ajoute-t-elle.
Le soudain retour des talibans a provoqué ces trois derniers mois, un afflux de réfugiés dans la capitale ‘Kaboul’. Une dizaine de milliers de personnes ont fui leur pays pour échapper aux talibans, laissant des milliers d’autres dans l’attente.
Plusieurs manifestations contre les fondamentalistes ont été organisées à Herat, Jalalabad ou encore Kaboul, depuis qu’ils ont pris le pouvoir en août dernier. Elles ont particulièrement rassemblé des femmes et des jeunes filles de ne pas être exclues de l’espace public…