Home » Default » Afghanistan : les évacuations se poursuivent à l’aéroport international de Kaboul

En Afghanistan, principalement à Kaboul, au moins dix personnes ont été tuées dans la cohue à l’aéroport international Hamid Karzai. Quatre jours après la prise de pouvoir par les talibans (fondamentalistes islamistes regroupés dans un groupe politique, militaire et religieux œuvrant en en Irak et en Afghanistan depuis les années 1990), les évacuations se poursuivent – plus de 80 000 personnes ont été évacuées – et la résistance peine toujours à s’organiser.
La situation est toutefois chaotique en Afghanistan. Un peu plus de dix personnes sont mortes, mardi 31 août, lors d’une bousculade. Annonce faite ce mercredi matin par le journal de l’Afrique.
Premiers morts, menaces sur la sécurité, aéroport congestionné… Quelques jours après la prise de pouvoir des ‘soi-disant’ islamistes en Afghanistan, une dizaine de milliers de personnes tentent toujours lundi de fuir leur maison alors que les opérations d’évacuations des États étrangers se poursuivent jusqu’à présent dans des conditions extrêmes.
En effet, la résistance peine aujourd’hui à s’organiser face à la prise de pouvoir des talibans. Une poignée d’hommes s’entraîne, dans le nord du pays, dans la vallée du Panjshir, sans grands moyens militaires.

   Départ des soldats américains : pour Joe Biden, c’était ‘l’escalade ou le départ’

Pour Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, “on ne peut pas imposer la démocratie occidentale en Afghanistan”. “Les États-Unis, avec ses équipements et toute sa puissance, ont échoué à ramener l’ordre à l’aéroport international de Kaboul. Il y a le calme et la paix dans tout le territoire, mais il n’y a que le chaos à Abbey Gate. Cela doit donc cesser le plus tôt possible”, ajoute-t-il.
En effet, les États-Unis maintiennent, jusqu’à présent, leur calendrier de retrait de l’Afghanistan, un retrait total prévu ce jeudi 2 septembre. “Quitter l’Afghanistan est aujourd’hui la meilleure décision pour l’Amérique”. Selon le site web, les talibans travaillent à la constitution d’un gouvernement à la capitale afghane, Kaboul. Et sur les terrains, ces derniers tentent d’afficher un visage rassurant. “Ils n’ont pas raison d’avoir peur”, a déclaré Abdul Ghani Baradar, le chef militaire des talibans. “Ils peuvent avoir confiance. […] Nos combattants ne leur feront rien”, assure-t-il. Toutefois, les talibans veulent rassurer les milliers d’Afghans qui se pressent toujours à l’aéroport international Hamid Karzai pour fuir le pays, désormais aux mains des fondamentalistes islamistes.
L’Amérique a achevé son retrait d’Afghanistan dans la nuit de mardi à mercredi, mettant ainsi un terme à son plus long conflit, mais laissant désormais le pays aux mains des talibans, leurs pires ennemis de 15 ans.