Home » Default » Afrique : le groupe de la Banque mondiale débloque 800 millions de dollars pour le déploiement des vaccins Covid-19

Tandis que la pandémie mondiale de Covid-19, qui a fait son apparition en juin dernier dans la ville chinoise de Wuhan, se propage à travers le monde, il faut agir très vite en vue d’aider les pays, notamment les plus pauvres, à y faire face. Une riposte rapide peut cependant permettre de sauver des vies et d’arrêter la transmission, selon le journal de l’Afrique.
Les pays les plus pauvres (comme la Tunisie, le Congo, le Niger, le Mozambique, le Malawi, le Soudan du Sud, l’Erythrée, etc.) dont les systèmes de santé sont déficients, paient généralement le plus lourd tribut à ce type de pandémie. La Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) ont mobilisé un soutien financier de 800 milliards de dollars en vue d’apporter un appui aux continents confrontés aux conséquences économiques et sanitaires du coronavirus. Ces institutions financières se sont ainsi engagées à accompagner les pays pour que ceux-ci puissent renforcer le suivi épidémiologique, améliorer l’accès aux soins pour les plus pauvres et les plus vulnérables, et former un plus grand nombre de personnels de santé de première ligne.

           Renforcer les systèmes de santé

Le Sénégal, avec l’aide du Fonds Monétaire International et le groupe de la Banque mondiale, avait mis au point une stratégie d’intervention avant même l’apparition des tous premiers cas de coronavirus. Le gouvernement sénégalais avait toutefois tiré les leçons de la lutte contre le virus Ebola (fièvre hémorragique à virus Ebola). En revanche, dans d’autres pays, comme la Tunisie, l’Afrique du Sud ou encore la Côte d’Ivoire, le nouveau coronavirus a semé l’incertitude et détruit les systèmes de santé. Les pays durement touchés par cette pandémie, pire ennemie de l’Humanité, ont sollicité une aide afin de déployer des solutions d’urgence. Le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale ont ici répondu présents.
Les aides financières se sont néanmoins d’abord attachées à renforcer les systèmes de santé pour relever les défis posés par la pandémie mondiale de coronavirus. Il est à noter que les fonds du FMI et du GBM ont permis de renforcer les équipes médicales et d’assurer que celles-ci soient bien équipées et formées en vue de dispenser des soins d’urgence.
Le Fonds Monétaire International a alloué davantage de ressources pour renforcer les capacités des systèmes de santé et soutenir le développement. L’action de ces institutions financières s’articule ainsi autour de trois principaux axes : œuvrer au profit d’une reprise résiliente, favoriser une croissance durable des sociétés, protéger les plus vulnérables et les pauvres et sauver des vies. Elles ont prévu de débloquer environ 800 milliards de dollars de financements sur 24 mois en vue d’aider les pays à faire face aux conséquences économiques et sanitaires du nouveau coronavirus.