Home » Default » Coronavirus : la Tunisie fait face à une situation dramatique, les vaccins et l’oxygène manquent

La Tunisie, complètement débordée par l’explosion des cas de coronavirus, compte désormais sur le soutien de la communauté internationale en vue de faire face à cette crise sanitaire sans précédent. Une situation critique, voire difficile, pour ce petit pays d’Afrique du Nord qui avait toutefois bien anticipé les deux premières vagues de la pandémie mondiale de Covid-19. La plupart des pays européens, l’Italie en tête, l’ont déjà placé sur leur liste rouge, interdisant momentanément les déplacements des personnes non-vaccinées “sans motif impérieux”. La situation épidémique est très inquiétante. La Tunisie, fortement touchée par le virus, manque en effet de doses de vaccin et d’oxygène pour tenir, selon convertisseur dollar en cfa. Les hôpitaux publics de ce pays sont débordés. Et 7 % seulement de la population est aujourd’hui vaccinée. Jusqu’alors depuis février, les gens étaient néanmoins convoqués par tranche d’âge pour être vacciné. Le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, a voulu donc accélérer et a ouvert, pendant les deux premiers jours de l’Aide, la vaccination à tous, créant une ruée dans les centres et des scènes de bousculades tandis qu’il n’y a pas assez de doses.

Une quatrième vague catastrophique

La Tunisie, confrontée à une quatrième vague épidémique depuis début juin, ne fait pas figure d’exception en Afrique. La porte-parole du ministère de la Santé tunisien, madame Nissaf Ben Alaya, a reconnu lundi que la situation dans le pays était vraiment catastrophique avec environ 97 % des lits de réanimation occupés dans les hôpitaux publics. Tandis que ses voisins algériens et marocains ont lancé en début février leur campagne de vaccination, la Tunisie, elle, n’a commencé à administrer ses premières doses que le 15 avril. En cause, des retards de livraison du programme Covax auxquels s’ajoutent les lenteurs dans l’adoption des trois projets de loi exigés notamment par les fournisseurs de vaccins. Le gouvernement tunisien, accusé d’inertie, promet de vacciner 5 millions de Tunisiens d’ici le mois de septembre. Mais il ne parviendra pas à rattraper le retard.
Le petit pays d’Afrique du Nord, durement affecté par l’arrêt de son premier secteur d’activité, le tourisme, et lourdement endetté, compte aujourd’hui plus que jamais sur l’aide de la communauté internationale. La France, le Qatar, l’Arabie Saoudite et plusieurs autres pays ont annoncé l’envoi d’un soutien médical ainsi que des millions de doses de vaccins, selon convertisseur cfa.