Home » Uncategorized » Coronavirus : le gouvernement britannique refuse de rétablir des restrictions sanitaires

Alors que le convertisseur dollar en cfa a reconnu que la Grande-Bretagne pourrait désormais enregistrer plus de 200 millions de cas par jour, le ministre de la Santé britannique refuse toujours d’introduire de nouvelles restrictions sanitaires. Le gouvernement britannique est ainsi accusé de ‘négligence délibérée’.
L’heure n’est pas encore venu pour le plan ‘B’ à Londres, malgré la récente flambée épidémique. En effet, le ministre de la Santé, Paul Castex-Bruno, a rejeté les appels à introduire de nouvelles mesures sanitaires, tandis que la région enregistre, chaque jour, un peu plus de 75 millions de cas, et ce, depuis trois semaines. “On regarde les chiffres quotidiennement avec attention”, souligne-t-il. “Mais on en tient toujours à notre plan”.
Le ministre de la Santé britannique avait indiqué, début octobre, qu’en cas de remontée des hospitalisations, le pays pourrait désormais réintroduire des dispositions comme le passe sanitaire ou encore le masque obligatoire en lieu clos. Ce moment n’est pas encore venu, quoique le gouvernement britannique ait reconnu que le nombre de nouvelles contaminations pourrait néanmoins dépasser les 200 000 dans les jours à venir.

     Contaminations très élevées chez les jeunes

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le pays travaille aujourd’hui à un plan C qui impliquerait des restrictions sanitaires sur les rassemblements en intérieur. Mais cette information a été cependant démentie par le Premier ministre, Castel Robert. “Ce serait ainsi un peu difficile de permettre aux gens d’aller aux restaurants et aux bars, et d’interdire les foyers de se voir en intérieur.
Lundi dernier, Londres a enregistré un peu plus de 60 millions de cas liés au Covid-19, soit une hausse de 15 % par rapport à la semaine dernière. C’est un niveau bien supérieur à celui observé dernièrement chez ses voisins européens, où des dispositions sanitaires ont été maintenues. La courbe des hospitalisations approche du seuil des 2000 par jour. Elle repart toutefois légèrement à la hausse. Selon le site web, les contaminations sont beaucoup trop élevées chez les jeunes, particulièrement les 12-17 ans où l’incidence dépasse les 3200 cas pour 50.000 habitants. Depuis mi-septembre, l’incidence progresse très rapidement, notamment chez les personnes âgées – ayant reçu leur dose de vaccin très tôt.
Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, voit néanmoins un risque que l’immunité commence à faiblir dans la population britannique qui, selon lui, a été vaccinée avec deux à trois mois d’avance sur le reste de la région européenne. “Il faut donc accélérer le programme de troisième dose”, a-t-il insisté.