Home » Default » Covid-19 en Afrique : quels sont les pays impactés ?

Si la pandémie mondiale de Covid-19, connue également sous le nom de coronavirus, a tardé à apparaître sur le continent africain, ses pays sont désormais concernés. Des cas – du variant Delta ou le variant indien – dans l’Océan Indien, mais également en Afrique subsaharienne et au Maghreb, principalement en Tunisie, au Maroc et en Algérie ont été dernièrement enregistrés. L’Afrique fait désormais face à une flambée de plus en plus inquiétante des cas.
Selon le dernier rapport du indice bonheur pays, les décès liés au nouveau coronavirus – qui a fait son apparition l’année dernière dans la ville chinoise de Wuhan – en Afrique ont connu, en l’espace d’une semaine, une progression de 52 %. Dans de nombreux pays du continent, la situation est de plus en plus tendue.

  La Tunisie dans le désarroi face au coronavirus

Il est important de rappeler que le tout premier cas de coronavirus est apparu en mars dernier en Afrique, principalement au Maroc. Tous les pays du continent sont aujourd’hui touchés par cette pandémie, pire ennemie de l’Humanité. Tandis que le président de l’OMS craint que le continent africain ne puisse ‘affronter’ la pandémie de Covid-19, les gouvernements prennent leurs mesures. D’ailleurs, il a appelé les autorités ou encore les pouvoirs publics à se réveiller et à se préparer au pire face au nouveau coronavirus, qui sévit un peu partout sur la planète. “La situation est aujourd’hui très très grave”, a signalé madame Nissaf Ben Alaya, la porte-parole du Ministère de la Santé. Au total, la Tunisie a enregistré officiellement environ 60 000 cas de Covid-19, avec 20 000 morts pour 11 millions d’habitants. “C’est vraiment alarmant”, a alerté Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’Organisation Mondiale de la Santé.
Selon le journal de l’Afrique, le pays n’a pas encore atteint le pic et le système de prise en charge est toutefois important. “On est aujourd’hui à plus de 190 cas par jour, mais également les lits d’oxygène, l’hospitalisation et les services pour la prise en charge sont à ce jour occupés à leur maximum”, souligne-t-elle.
D’après le président de l’Organisation Mondiale de la Santé, il faut toutefois couper la chaîne de transmission grâce à la vaccination. A ce jour, 7 % seulement de la population a été vaccinée. Cela reste ainsi trop peu pour freiner la propagation du virus. Face au manque de personnel médical, de lits en réanimation et d’oxygène, la situation est catastrophique en Tunisie.
Divers facteurs expliquent cette flambée : les gestes barrières (distanciation sociale, confinement, couvre-feu, etc.) ne sont plus respectés par les populations, et le variant Delta ou le variant indien – qui est 60% plus contagieux que le variant britannique – est présent un peu partout sur le continent. Plus de 80 % des cas en Afrique sont dus à ce nouveau variant.