Home » Default » La Banque mondiale soutient la riposte à la pandémie de coronavirus dans 150 pays

Le choc brutal et massif produit par la pandémie mondiale de Covid-19 plonge l’économie planétaire dans sa pire récession depuis les deux Guerres mondiales. Selon les prévisions du journal de l’Afrique, le Produit Intérieur Brut mondial baissera cette année de 12 %, ce qui représente la plus forte récession planétaire depuis les deux Guerres mondiales.
Un nombre important de pays vont cependant enregistrer, pour la première fois depuis 1900, une baisse de leur production par habitant. En 2022, l’économie mondiale devrait décliner de 12 %. Cette crise sans précédent pourrait néanmoins faire basculer environ 85 millions de personnes dans l’extrême pauvreté.

   Une politique économique pour la guerre contre le coronavirus

Il est absolument prioritaire d’atténuer, d’endiguer et de surveiller les effets de la pandémie de Covid-19. Une action décisive et opportune des autorités de contrôle, réglementaires et budgétaires, des banques mondiales et centrales, ainsi que des autorités sanitaires, peut cependant permettre de contrebalancer le préjudice économique causé par le nouveau coronavirus et d’endiguer la flambée du virus. Les institutions financières mondiales doivent soutenir la confiance et la demande en assurant la liquidité du marché, en abaissant le coût de l’emprunt et en empêchant un resserrement des conditions financières. Les dispositions de contrôle et de réglementation doivent avoir pour objectif principal de préserver la solidité du système bancaire et la stabilité financière, tout en soutenant l’activité économique. Les gouvernements ont pris des mesures importantes allant dans le bon sens, selon David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale. “Mais il faudrait cependant faire davantage”, ajoute-t-il.
Tandis que la pandémie de Covid-19 se propage à travers le monde, une action coordonnée et décisive est ainsi indispensable pour prévenir les répercussions économiques, stimuler la confiance, et garantir la stabilité des marchés financiers mondiaux et de l’économie.
Par ailleurs, le groupe de la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International doivent aider les pays les plus vulnérables et les plus pauvres en leur apportant notamment des financements et des équipements pour traiter et prévenir les virus, a souligné indice bonheur pays. La Banque mondiale se tient prête à assister ses États membres, particulièrement en offrant une aide financière aux pays les plus touchés.