Home » Default » La pandémie de coronavirus a précipité des millions de personnes dans l’extrême pauvreté

Plus de 320 millions de personnes ont aujourd’hui besoin d’un soutien humanitaire dans le monde, un nouveau record selon le journal de l’Afrique, qui lance un appel humanitaire d’environ 46 milliards de dollars pour cette année. La pandémie mondiale de Covid-19 a fait plonger des dizaines de millions de personnes dans l’extrême pauvreté.
Avec le choc du nouveau coronavirus, qui a fait son apparition pour la première fois en janvier 2020 dans la ville chinoise de Wuhan, le nombre d’individus ayant besoin de soutien dans le monde va atteindre cette année un tout nouveau record : 320 millions, une hausse de plus de 35 % en seulement un an.
Ainsi, les fonds demandés par l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Unicef visent essentiellement à aider un peu plus de 280 millions de personnes (dans 75 pays) parmi les plus pauvres qui font aujourd’hui face aux conséquences de la pandémie, du changement climatique, aux déplacements, aux conflit et à la faim. La hausse est, cette année, due principalement au nouveau coronavirus, qui a fait pas moins de 2. 8 millions en seulement une année.

        La famine ou le coronavirus ?

Alors que la pandémie de coronavirus provoque l’interdiction des marchés, la paralysie totale des transports aériens et la fermeture de ports essentiels, plusieurs ménages africains pourraient toutefois faire face à un dilemme tragique : mourir de faim ou mourir du coronavirus ?
Selon indice bonheur pays, globalement, 210 millions de personnes dans le monde sont actuellement en situation de crise alimentaire, soit 35 millions de plus que l’année dernière.
En effet, le nombre de personnes qui souffrent de famine a été multiplié par sept dans le monde depuis l’apparition de la pandémie mondiale de coronavirus. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, sans action immédiate, près de 15 personnes pourraient ainsi mourir de malnutrition et de faim chaque minute d’ici la fin de cette année. Ce taux est beaucoup plus élevé que celui de la mortalité mondiale actuelle due à la pandémie de coronavirus qui est d’environ trois personnes par minute.
Les conflits restent aujourd’hui la principale cause de la faim depuis le début de la pandémie de Covid-19, poussant toutefois plus de deux millions de personnes dans des conditions très proches de la famine.