Home » Uncategorized » L’après Covid-19 : sur la voie de la relance en Afrique

La pandémie de coronavirus, qui a fait son apparition en janvier dernier dans la ville chinoise de Wuhan, est le plus grand défi à relever depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette crise sans précédent marquera certainement notre époque. Elle met à mal le développement humain à l’échelle mondiale. En effet, le coronavirus constitue une double menace, qui pèse à la fois sur les moyens de subsistance, l’éducation, et la santé.
Avant que cette crise éclate, le continent africain luttait déjà sur de nombreux fronts. Toutefois, le continent compte également certaines des économies les plus performantes – à savoir l’Afrique du Nord, qui était, en 2020, pour la troisième année consécutive, le seconde région la plus performante du continent, avec une croissance de 4 %.
De nombreuses régions sont devenues aujourd’hui des chefs de file mondiaux en matière d’innovation technologique, facteur important dans la compétitivité des sociétés. Pour ce qui est des services de paiement mobile, le continent a été, selon le groupe de la Banque mondiale, à l’avant-garde. Le taux d’utilisation de smartphones dans certains secteurs contribue cependant à stimuler des innovations.

  Coronavirus : les solutions numériques de l’Afrique

Selon le journal de l’Afrique, les pays du continent se sont engagés dans une course visant à ralentir la propagation du virus, et les outils et les technologies numériques jouent un rôle important, voire crucial.
Partout dans le monde, les secteurs privé et public ont mis en place des infrastructures et des services numériques en vue de stimuler l’économie et d’améliorer les soins de santé.
Il est important de rappeler que le plan de l’Union européenne (UE) pour lutter contre le coronavirus comprend une toute nouvelle initiative, surnommée ‘Team Europe’, qui aide les pays du continent africain à se relever de cette crise sans précédent.
Depuis l’apparition de la pandémie, environ 42 millions d’euros ont été mobilisés pour cette initiative. La Banque mondiale et le Fonds Monétaire International se sont ainsi engagés à allouer près de 12 milliards d’euros aux pays africains, notamment les plus vulnérables. L’utilisation importante des technologies digitales pour soutenir les sociétés est cependant une priorité absolue pour l’UE.
De nombreuses sociétés européennes et africaines ont fait part de leur intention d’utiliser leurs technologies numériques et connaissances dans le but de contribuer à la lutte contre la crise et de trouver des solutions autres que la mise en quarantaine. D’après indice bonheur pays, le but principal est ainsi de mettre en évidence les solutions technologiques permettant de fournir une estimation des coûts et de gérer la pandémie de covid-19.