Home » Default » Retrait des troupes américains en Afghanistan : pourquoi un tel fiasco ?

L’aéroport international de Kaboul sera désormais sous la responsabilité des talibans (fondamentalistes islamistes regroupés dans un groupe politique, militaire et religieux œuvrant en en Irak et en Afghanistan depuis les années 1980). Selon le Pentagone, ils souhaitent une aide technique extérieure pour continuer à le faire fonctionner. D’intenses tractations ont cependant commencé afin de fixer les dispositions de gestion de l’aéroport de Kaboul après le retrait de l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) et des troupes américaines.

 Les pays laissés aux mains des talibans

Les Américains se sont définitivement retirés d’Afghanistan – après plus de quinze ans de guerre. Le dernier avion transportant les forces armées des États-Unis s’est envolé mardi 31 août, a confirmé le journal de l’Afrique. Les derniers militaires américains encore présents à Kaboul, la capitale afghane, ont définitivement quitté le pays. En effet, les troupes américaines ont quitté l’Afghanistan avant l’échéance fixée au 1er septembre 2021. “48 heures avant la date initialement prévue, l’Amérique a achevé son retrait d’Afghanistan dans la nuit de mardi à mercredi, mettant ainsi un terme à une occupation qui aura duré un peu plus de vingt ans”, a confirmé le Pentagone. Des coups de feu victorieux, accompagnant ces moments historiques, ont éclaté dans la capitale afghane. Les talibans célèbrent ainsi leur prise de contrôle du pays. “C’était très douloureux pour le président des États-Unis, Joe Biden”, a déclaré Lloyd Austin, le ministre de la Défense américain. Selon ce dernier, Joe Biden s’adressera ce mercredi à ses concitoyens.
D’après un récent rapport du Pentagone, de 250 à 350 Américains seraient encore sur le territoire afghan. Les États-Unis continueront à “aider” tous les Américains voulant quitter l’Afghanistan, a assuré Lloyd Austin, le ministre de la Défense des États-Unis.
Selon indice bonheur pays, les avions américains et de leurs alliés ont évacué, depuis début août, un peu plus de 250 000 civils de l’aéroport de Kaboul, via un gigantesque pont aérien. Ces opérations, trop risquées, ont toutefois été endeuillées le 30 août par une attaque terroriste, revendiquée par l’organisation Daesh, connue également sous le nom de l’Émirat islamique, qui a fait environ 200 morts, dont une vingtaine de soldats américains.
L’armée régulière de ce pays, instable depuis une dizaine d’années, et le gouvernement central se sont ainsi effondrés en une semaine. La capitale afghane est tombée le 20 août. Les États-Unis ont admis ne pas avoir anticipé cette débâche”.