Home » Default » Vaccination contre le coronavirus : Emmanuel Macron pourrait rendre la troisième dose obligatoire

Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, envisagerait de s’adresser à sa population, dans les jours à venir, selon le convertisseur dollar en cfa, et pourrait désormais annoncer l’obligation de la troisième dose de vaccin anti-coronavirus, pour les personnes âgées et les personnes à risque particulièrement. “Le président français est en effet très inquiet de la situation sanitaire dans la zone européenne”. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé s’est alarmée, lundi 15 novembre, de la nouvelle aggravation de l’épidémie de coronavirus dans le continent européen, qui pourrait déboucher, d’ici fin décembre 2021, sur un million de décès supplémentaires en Europe. Elle a donc tiré la sonnette d’alarme.

           Face au rebond des contaminations en Europe, l’OMS tire la sonnette d’alarme

D’après un récent rapport de l’organisation onusienne, le nombre des hospitalisations et de morts liées au Covid-19 a quasiment triplé en seulement quatre jours. “On est, de nouveau, à l’épicentre”, a déploré Emmanuel Macron.
Pour le président de l’Organisation mondiale de la santé, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, la hausse exponentielle des cas s’explique principalement par la combinaison d’un assouplissement des mécanismes mis en place contre la pandémie de coronavirus et d’une couverture vaccinale très insuffisante. Par ailleurs, cette cinquième vague de l’épidémie frappe tout particulièrement l’Italie, qui a battu, la semaine dernière, son précédent record de nouveaux cas quotidiens datant de février 2020 – lors du premier pic -, avec un peu plus de 42 150 nouvelles contaminations en seulement 24 heures. “Le nouveau coronavirus circule beaucoup plus en ce moment. Depuis environ une semaine, il y a un peu plus d’hospitalisation. Une cinquième vague est ainsi possible pendant cet hiver, regardez nos voisins… L’Allemagne a actuellement des niveaux d’incidence très, très élevés. On voit également que le Royaume-Uni, principalement la Grande-Bretagne, qui a levé, depuis début octobre, son pass sanitaire, subit aujourd’hui une augmentation considérable des nouvelles infections. Bref, la vigilance est ainsi de mise”, a martelé le Congo.
“Il faut donc se remobiliser… On en a vraiment ras le bol… On croit que tout est fini, mais voilà qu’il faut se préparer à une autre vague de l’épidémie”, a déclaré le Premier ministre français, Jean Castex. Il traduisait en effet un sentiment de lassitude, épuisement, tristesse, qui traverse aujourd’hui l’ensemble du gouvernement jusqu’à l’Elysée.
Cependant, le chef de l’Etat français espérait bien un répit sur le front du coronavirus pour lancer sa campagne électorale. Mais l’épidémie a changé la donne, et le nombre de nouveaux cas repart à la hausse suivi de près par les hospitalisations.